AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Eglise Futuriste
Jeu 6 Juin - 12:00 par almagor

» Avis de transfert du forum de l'AFT:Technoprog!
Ven 31 Mai - 19:24 par MarcAdmin

» Transfert du forum Technoprog! - nouvelle étape
Ven 31 Mai - 19:20 par MarcAdmin

» Coren
Jeu 23 Mai - 12:56 par Coren

» Bonjour, bonjour
Mer 22 Mai - 17:56 par Spartan

» Rencontre H+ irl Paris 22 mai 2013
Mer 15 Mai - 8:26 par MarcAdmin

» Stimulation Transcranienne électrique
Ven 10 Mai - 0:55 par Spartan

» Textes de Brainstorm
Mar 7 Mai - 4:09 par Brainstorm

» Quel est le 1er transhumain ?
Ven 3 Mai - 22:17 par p.pit

Adhésions
Adhérer à l'association Technoprog!

Partagez | 
 

 George Dvorsky... La faculté de l’humain à ressentir la douleur doit-elle être éliminée?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Extropien



Messages : 202
Date d'inscription : 31/07/2011

MessageSujet: George Dvorsky... La faculté de l’humain à ressentir la douleur doit-elle être éliminée?   Mer 3 Oct - 19:27

Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

La faculté de l’humain à ressentir la douleur doit-elle être éliminée? – par George Dvorsky et David Pearce

Une traduction inédite sur Horizon2050.fr
Avec l'aimable autorisation de George Dvorsky.



http://horizon2050.fr/2012/10/03/la-faculte-de-lhumain-a-ressentir-la-douleur-doit-elle-etre-eliminee-par-george-dvorsky-et-david-pearce/

Citation :
Bien que la douleur ait clairement servi un objectif important de l’évolution, tout le monde n’est pas convaincu que nous en ayons encore besoin. Un nombre croissant de prospectivistes d’avant-garde suggèrent que nous devrions nous en débarrasser – et que nous aurons bientôt le savoir-faire technologique requis. Mais si nous choisissons de nous lancer dans une telle expérience – plutôt extrême, nous aurons besoin de prêter une attention particulière aux risques et aux aspects de l’humanité que nous pourrions perdre.

Pour nous aider à mieux comprendre le point de vue de ceux que l’on appelle les « abolitionnistes de la douleur », nous avons parlé avec le philosophe et éthicien David Pearce (photo ci-dessous). En 1995, il a écrit L’Impératif Hédoniste (The Hedonistic Imperative) (1), un influent manifeste en ligne qui a préconisé l’utilisation des biotechnologies pour abolir la souffrance dans le monde vivant.

Après avoir parlé avec Pearce, il est devenu clair que les technologies nécessaires pour réussir un tel exploit seront bientôt à notre portée – et qu’il existe un argument moral fort pour soutenir sa cause. Cependant, comme Pearce le dit lui-même, un monde sans douleur n’implique pas nécessairement un monde parfait – mais au moins un monde dans lequel la vie serait plus confortable. LIRE LA SUITE: http://horizon2050.fr/2012/10/03/la-faculte-de-lhumain-a-ressentir-la-douleur-doit-elle-etre-eliminee-par-george-dvorsky-et-david-pearce/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TomH+



Messages : 29
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : France

MessageSujet: Re: George Dvorsky... La faculté de l’humain à ressentir la douleur doit-elle être éliminée?   Dim 7 Oct - 22:22

Je n'ai pas tout lu , uniquement la citation , mais je ne pense pas que l'on devrait supprimer la douleur de nos vies. Après tout , comment apprécier le confort et le bonheur si nous ne pouvons plus ressentir quelque chose de plus déplaisant ? Smile
Que deviendrait la recherche du bonheur sans malheur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neo-Kuja



Messages : 4
Date d'inscription : 20/12/2012
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: George Dvorsky... La faculté de l’humain à ressentir la douleur doit-elle être éliminée?   Jeu 20 Déc - 22:53

Bonjour,

Je m’excuse d’upper un sujet du mois d’octobre mais je pense que la questions est importante pour deux raisons :
- Elle fait partie intégrante du référentiel de compétence des transhumanistes, à savoir un document qui servirait de base de réflexion sur les améliorations souhaitables de l’humain 2.0, et les améliorations non souhaitables.
- Elle touche l’un des caractères sacré de la vie - j’entends par là un caractère commun à toute vie évoluée, héritée de nos plus lointains ancêtres.

Mais avant de répondre à cette question, il faut se rappeler ce qu’est la douleur.
- “La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un dommage tissulaire présent ou potentiel, ou décrite en terme d’un tel dommage” (1979 - Association internationale de l’étude de la douleur)
- La douleur est un ressenti/une sensation/une émotion. Elle naît au niveau du cerveau et non en périphérie (au niveau des membres et des organes). C’est l’interprétation que fait notre cerveau de différents stimuli qui est à l’origine du ressenti ‘douleur’. Si vous n’en êtes pas convaincus je vous laisse vous renseigner sur les “douleurs fantômes”. Une douleur de la main, quand vous n’avez plus de bras, signe bien le fait que le signal est (mal) interprété par votre cerveau.
- La douleur est un caractère commun à la quasi-totalité (voire la totalité) des espèces vivantes sur la planète. Elle est le signal réflexe d’une atteinte organique (plus ou moins) et permet la préservation de la vie, et de la bonne santé. Quand vous vous brûlez, c’est la douleur engendrée qui fait que vous retirez la main du feu en quelques millisecondes (et que vous limitiez les dégâts). Quand vous vous brisez les os, c’est la douleur qui vous immobilise afin de déplacer le moins possible les os cassés, et permet donc de limiter le risque de vous perforer un artère ou de vous léser un nerf.
- Mais la douleur est aussi le premier moyen d’apprentissage : ce qui fait mal, bah on l’évite. Il suffit de voir les colliers pour chiens qui libèrent une petite décharge électrique à chaque aboiement. Et bien entendu, c’est pareil chez l’homme : le feu ça brûle, les ronces ça pique, etc.
- Et pour finir, il faut bien garder en tête que la douleur est le principal symptôme qui va permettre aux médecins d’orienter leur diagnostic : la douleur au ventre à droite pour l’appendicite, la brûlure quand on fait pipi pour l’infection urinaire, bref, lisez un manuel de médecine pour vous rendre compte que sans douleur, le médecin serait complètement désarmé.

Pour conclure, je dirais que la douleur en tant que signal, tient le rôle principal dans la préservation de la vie et de la santé. La question n’est donc plus “doit-on éliminer la douleur” mais “comment peut-on ressentir différemment la douleur”. Effectivement, il faut garder ce signal qui nous informe consciemment des anomalies qui siègent en nous, mais il faudrait pouvoir le moduler, de façon à ce qu’il ne soit plus désagréable, tout en gardant la réaction réflexe qu’elle engendre !
La question se pose donc pour les enfants : ils n’ont pas la maturité nécessaire pour se passer de la douleur. S’il n’apprennent pas que le feu ça brêle, ils se jetterons sans hésiter dans les flammes...

Pour élargir la question, je vous laisse trois pistes de réflexion :
- Pourquoi certaines personnes sont plus sensibles à la douleur ? (une question de modulation cérébrale peut-être ?)
- Repensez aux entraînements des forces spéciales qui tendent à les rendre plus résistants vis-à-vis de la douleur, afin de résister à la torture.
- Le principe de la douleur est d’avoir une réaction réflexe permettant de diminuer l’exposition à un facteur nocif. Un arc réflexe est une chaîne d’action-réaction qui ne passe pas par la conscience pour aller plus vite. Dans l’optique du transhumanisme, on peut envisager une augmentation de la vitesse de traitement de l’information. Pourra-t-on alors un jour se passer de nos réflexes en faveur d’une réaction consciente face aux nociceptions ?

En espérant ne pas vous avoir ennuyés avec mon monologue, cela me ferait plaisir d’en discuter avec vous. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scheindorf Herljos



Messages : 606
Date d'inscription : 17/09/2010

MessageSujet: Re: George Dvorsky... La faculté de l’humain à ressentir la douleur doit-elle être éliminée?   Sam 22 Déc - 7:12

Si ces foutus organes émettaient par reseau ou via une prise debug des statistiques sur leur etat de fonctionnement y aurais pas besoin de la douleur pour les medecins Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transbiologism.net
Marc



Messages : 1260
Date d'inscription : 05/10/2008
Localisation : Athènes

MessageSujet: Re: George Dvorsky... La faculté de l’humain à ressentir la douleur doit-elle être éliminée?   Sam 22 Déc - 12:56

@Neo-Kuja
Merci beaucoup pour cette approche lucide.
Je suis toujours gêné quand je lis sous la plume de "transhumanistes patentés" que l'objectif est de supprimer la douleur ou même "la" souffrance (i.e. toute souffrance). De la même manière d'ailleurs que je trouve absurde de prétendre supprimer toute mort.
Concernant la douleur, comme Neo-Kuja le fait très bien comprendre, la question serait donc simplement de savoir dans quelle mesure et de quelles façons nous pourrions apprendre à moduler les processus informationnels par lesquels le reste du corps communique avec le cerveau afin d'améliorer la résilience de l'ensemble, voire afin de diversifier et d'enrichir nos capacités sensitives.

Les chercheurs devraient encore avoir de quoi s'amuser pour quelques temps ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: George Dvorsky... La faculté de l’humain à ressentir la douleur doit-elle être éliminée?   

Revenir en haut Aller en bas
 
George Dvorsky... La faculté de l’humain à ressentir la douleur doit-elle être éliminée?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» George Johnson, pendu par erreur - Etats-Unis
» Mais QUE FAIRE !!!! :-(
» Georges Soros, survivaliste?
» la betise humaine ...vaut mieux en rire ..qu`en pleurer .
» Le poids de l'âme ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Transhumanismes :: Discussions et débats :: Philosophies ; éthiques ; Politiques-
Sauter vers: